NOTIONS DRAMATURGIQUES

DEBUT - MILIEU - FIN

un paradigme universel

 

Aristote a théorisé ce que doit être une intrigue : une action unifiée qui crée un tout, composé d’un début, d’un milieu et d’une fin.

 

Le début plante le décor, les personnages, et l’élément perturbateur.

Le milieu introduit une successions de péripéties, de conflits que les protagonistes affrontent pour atteindre leurs buts.

La fin comprend le climax de l’action et la résolution des questions laissées en suspens.

Toute règle peut être contournée à souhait (enfin presque).

Ce n’est pas une science exacte.

Rien est figé.

En dramaturgie, parfois, même le contraire est vrai.

On se fie aux résultats.

Le récit fonctionne ou pas.

 

MacKee, Truby, Campbell, Lavandier, sont intéressants à étudier… mais on en revient toujours à l’un des premiers théoriciens… Aristote…

 

DRAMATISATION

l'art de gérer les conflits

 

A la lecture de ses éléments… Concrètement, dramatiser, c’est transformer une histoire, vraie ou imaginaire, en un récit élaboré, comportant un ou des personnages en action contre une force antagoniste pour accomplir une quête, un objectif.

 

Dramatiser est par définition l’art de gérer les conflits, de les construire, de les consolider, de leur donner de l’ampleur pour garder la tension, l'intensité dramatique, tout au long de l’histoire.

 

Sans conflits, il n’y pas de drame.  Sans conflits, il n’y a pas d’histoire (cf. Aristote).

Sans conflits, le récit est d’ordre anecdotique.

 

Les gens heureux ne sont pas dramaturgiquement intéressants. Excepté quand les problèmes commencent à poindre.

Les personnages doivent être face à des dilemmes qu’ils vont tenter résoudre.

 

Le protagoniste doit être en danger permanent tout au long de sa quête.

TROIS NOTIONS FONDAMENTALES

 

Paradoxe. Il n’y a pas d’histoire sans oppositions, contradictions, conflits, obstacles, etc. C’est le sel d’une narration.

 

Cohérence. Les paramètres, les ingrédients dramaturgiques doivent s’accorder, s’harmoniser. Un personnage doit agir en fonction de sa caractérisation, exposé dans le récit, à partir du moment où l’on s’en écarte sans explication, aucune, le sentiment d’incohérence nous fait sortir du récit. A moins qu’on puisse jouer sur le mystère et qu’on apporte des éléments de compréhension par la suite.

 

Vraisemblance, une situation dramaturgique doit être réaliste. Sinon, on décrédibilise le récit. Dans le genre fantastique ou la science-fiction, l’univers et les éléments de récit doivent être précis pour susciter la vraisemblance.

 

 

TROIS MANTRAS

 

La dramaturgie est une question de bon sens.

 

Ecrire, c'est réécrire.

 

Scénariste est l'anagramme de résistance.

La Dramaturgie est une question de bon sens,

de cohérence, et de paradoxe.

 

* Cependant, ce n'est pas le tout de s'interroger sur les différents paramètres dramaturgiques, il faut répondre aux questions le plus consciencieusement possible.

 

 

* La dramaturgie est dans différents médias. Apprenez à regarder les fictions avec un stylo. Visionnez, lisez, analysez, diagnostiquez et écrivez, c’est la meilleure école pour apprendre la dramaturgie.

 

LA METHODE FiCT - la methode de scenario de Story Dealer (Celeste - scenariste, script-doctor & formateur)

by

Story Dealer (Fabrice Celeste) scenariste, script-doctor & formateur
0
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now